Sobriété territoriale 2.0 – regard sur les villes et les territoires du futur

Date/heure
Date(s) - 30 mai
12:00 - 14:00

Catégories


Webinaire et table ronde

Au XXe siècle et à l’aube du XXIe siècle, divers penseurs – philosophes, biologistes, écologistes, économistes, mathématiciens et autres – ont déjà annoncé qu’une croissance en continu est impossible sur une planète dont les ressources sont limitées. Ainsi, dans les 50 dernières années, les effets des activités humaines se sont fait ressentir dans les trois quarts des terres libres de glace et les deux-tiers des océans.

Dans ce contexte, il faut considérer le territoire comme une ressource limitée et non renouvelable et appliquer les principes de décroissance et sobriété aux territoires. « Par exemple, lorsqu’une terre agricole ou un milieu naturel est urbanisé ou autrement artificialisé, un retour en arrière est rarement possible. À toutes fins pratiques, ce sont des territoires perdus pour l’agriculture, les habitats, les écosystèmes et la résilience. Ce constat oblige à une remise
en question de la notion même de croissance urbaine et milite pour la consolidation de milieux déjà établis, ceux-ci ayant une capacité d’accueil suffisante pour la grande majorité de nos besoins.» La Politique nationale de l’architecture et de l’aménagement du territoire adoptée en 2023 par le Québec va en ce sens notamment dans sa recommandation 16 « Adopter une posture et un discours qui valorisent la sobriété territoriale et axent le développement sur la consolidation des milieux de vie existants. »

À cet effet, Serge Latouche écrivait déjà en 2013 qu’« il importe d’abord de saisir comment la société de croissance engendre un désastre territorial (désastre urbain s’accompagnant d’un pour la sobriété territoriale, p. 34. désastre rural et de la destruction des paysages), puis de voir les implications du projet de la décroissance face à une crise de civilisation. Les villes et territoires décroissants devraient être à empreinte écologique réduite, entretenant un rapport étroit avec l’écosystème (par ex. une bio-région, entité spatiale cohérente traduisant une réalité géographique, sociale et historique).
Les pratiques de décroissance et sobriété appliquées aux territoires doivent reposer impérativement sur des échanges et des débats, pour faire naitre un récit collectif et permettre que la modération, à l’échelle d’un territoire, soit un choix politique ainsi que d’associer les pratiques de sobriété à une notion d’identité collective (ex. : création d’éco-lieux où la sobriété est au centre d’une nouvelle culture de « l’habiter » ensemble construit collectivement). 
 Enfin, planifier la décroissance présente des défis et différentes expériences québécoises dans des milieux et à des échelles diversifiées en sont déjà des réalisations inspirantes. Par ailleurs, revoir ou revisiter les outils contribuant à la planification des territoires en font partie dont la solution élaborée par le Centre québécois du droit de l’environnement : l’évaluation environnementale régionale.

En prolongement de l’atelier tenu lors de la Semaine de la transition en juin 2023, le webinaire vise donc à travers des échanges avec trois intervenants à approfondir et débattre sur ces questions ainsi qu’à soutenir et inspirer l’action par des exemples concrets :

En prolongement de l’atelier tenu lors de la Semaine de la transition en juin 2023, le webinaire vise donc à travers des échanges avec trois intervenants à approfondir et débattre sur ces questions ainsi qu’à soutenir et inspirer l’action par des exemples concrets :

  • DÉCROISSANCE, BIO-RÉGIONS, COMMUNS, MUNICIPALISME LIBERTAIRE
    • Noémi Bureau-Civil, Co-Coordonnatrice du groupe de recherche, Polemos
  • SOBRIÉTÉ TERRITORIALE/FONCIÈRE : APPROCHES ET EXEMPLES CONCRETS
    • Valérie Ébacher, conseillère Aménagement et urbanisme, Vivre en ville
  • ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE RÉGIONALE COMME OUTIL DE PLANIFICATION
    • Marc Bishai, avocat, Centre québécois du droit de l’environnement

Visitez la page de l’événement pour vous inscrire et recevoir le lien.  

 

Organisateur(s) :

Table territoires et biodiversité du FCTÉ